Le choix d’un bon syndic pour votre copropriété peut s’avérer complexe. En fonction du profil de votre copro et de ses besoins, vos attentes ne seront pas les mêmes… Il existe différentes solutions : laquelle choisir ? On vous guide !

Qu’est-ce qu’un syndic et à quoi sert-il ?

Qu’il soit bénévole ou professionnel, le syndic est un élément obligatoire dans une copropriété, car c’est lui qui assure la gestion administrative et comptable, le bon entretien et la représentation juridique de votre copropriété. Le syndic est élu par l’ensemble des copropriétaires lors de l’assemblée générale à la majorité absolue (article 25).

Faut-il faire appel à un syndic professionnel traditionnel ou en ligne, passer par un syndic bénévole ou encore souscrire à une plateforme d’aide à la gestion de copropriété ? En fait, tout dépend du profil de votre copropriété… Vous n’aurez pas les mêmes attentes, ni les mêmes besoins si vous êtes copropriétaire dans un petit ou un grand immeuble, qu’il soit neuf ou ancien, qu’il soit composé d’un ou plusieurs bâtiments, etc.

Quelle solution privilégier ? Faisons le point sur les différents types de syndic qui existent pour vous aider à choisir la solution la plus adaptée à vos besoins.

Le syndic bénévole : la solution économique

En France, 15% des copropriétés ont fait le choix de l’autogestion leur immeuble. C’est alors un syndic bénévole qui a la responsabilité d’assurer les tâches courantes comme serait tenu de le faire un syndic professionnel (gestion des contrats, paiement des prestataires, gestion comptable, suivi des travaux, souscription des assurances, etc.).

C’est une solution avant tout économique, qui est souvent choisie par les petites copropriétés. C’est un copropriétaire élu qui incarne bénévolement le rôle de syndic. Toutefois il peut être défrayé et percevoir une rémunération (bien moindre qu’un syndic professionnel et non obligatoire).

Parmi les avantages de cette solution, on peut citer la réactivité du syndic bénévole, qui est souvent supérieure à celle d’un syndic professionnel pour résoudre les problèmes. Le syndic bénévole sera d’autant plus impliqué dans le suivi de travaux ou la gestion du budget, qu’il est lui-même copropriétaire de l’immeuble concerné.

Cependant, le syndic bénévole n’est pas forcément la solution miracle ! Il se doit d’être très disponible, de bien connaître les règles qui régissent la copropriété et d’être multitâches. Il arrive fréquemment qu’il se retrouve dépassé par la charge de travail ou l’ampleur des responsabilités en cas de problèmes.

Enfin, dans le cadre d’un syndic en autogestion, l’absence du rôle de médiateur, incarné par un tiers comme un syndic professionnel, peut-être à l’origine de conflits entre les copropriétaires et peut et des prises de décisions qui peuvent être négatives pour la copro.

La plateforme d’aide à la gestion de copropriété : le syndicat coopératif assisté

Si votre copropriété a fait le choix d’un syndic bénévole, vous pouvez faire appel à un éditeur de logiciel (aussi appelé “plateforme en ligne”), spécialisé dans les solutions de gestion de copropriété. Cette solution consiste en un abonnement à un service d’aide en ligne.

C’est le syndicat des copropriétaires qui assure la gestion de la copropriété, assisté dans sa tâche par un logiciel et éventuellement des conseillers téléphoniques pour la partie comptable et juridique.

Cette solution abordable (tarifs attractifs) basée sur le modèle dit de “syndicat coopératif” (puisqu’elle suppose que plusieurs membres de la copropriété se partagent les tâches) séduit de plus en plus de copropriétés qui souhaitent assurer une gestion autonome de leur immeuble mais en bénéficiant d’outils qui vont faire gagner du temps aux membres impliqués dans cette gestion.

En revanche, cette solution présente un inconvénient majeur : son statut. Les utilisateurs n’en ont pas toujours conscience mais l’éditeur de logiciel, même s’il semble s’apparenter à un syndic professionnel, n’en est pas un. Il n’assume donc pas la responsabilité juridique de la gestion de la copropriété, à la différence d’un syndic professionnel. Ce qui veut dire que la responsabilité continue de peser entièrement sur le syndicat des copropriétaires, même s’il utilise le logiciel et les conseillers pour l’assister dans ses tâches. En cas de problème, la responsabilité de la plateforme en ligne n’est pas engagée.

C’est là où la promesse de ces acteurs reste floue et n’est donc pas toujours bien comprises par leurs copropriétaires utilisateurs, au risque de générer de mauvaises surprises… Attention donc à bien garder en tête les limites de cette solution, notamment en comparaison avec un syndic professionnel.

Le syndic professionnel traditionnel : la solution préférentielle des grandes copros

Les grandes copropriétés font souvent appel à un syndic de copropriété professionnel, pour lui confier la gestion administrative (secrétariat, préparation des assemblées générales, gestion des données administratives, etc.), financière (comptabilité, élaboration du budget prévisionnel et perception des charges communes, etc.), juridique (gestion de contentieux, représentation du syndicat devant les tribunaux, etc.) et technique (suivi des travaux, etc.) de la copropriété.

Il faut bien noter que le syndic professionnel assume l’entière responsabilité de la gestion de l’immeuble, une différence fondamentale par rapport aux solutions alternatives évoquées précédemment dans cet article.

Le choix d’un syndic professionnel traditionnel est particulièrement adapté aux copropriétés de grande taille, car elles ont des besoins spécifiques, notamment l’exigence de la présence physique régulière du gestionnaire de l’immeuble (réunions fréquentes, tenue d’AG avec de nombreux participants, sinistres récurrents, suivi de divers chantiers, etc.).

Le syndic professionnel traditionnel est aussi une bonne réponse dans le cas où les copropriétaires ne sont pas du tout familiarisés avec les nouveaux usages digitaux.

L’inconvénient de cette solution réside d’abord dans son prix élevé, mais aussi dans le manque de réactivité du gestionnaire quand celui-ci est débordé. C’est là une source fréquente de mécontentement évoquée par les copropriétaires, dont les exigences sont d’autant plus élevées qu’ils ont le sentiment de “payer le prix fort” pour ce service.

Le syndic professionnel en ligne : un compromis intéressant

Pour les syndics de petite taille ou de taille moyenne, le syndic en ligne apparaît de plus en plus souvent comme une solution idéale, à condition que les copropriétaires soient à l’aise avec les outils web.

À la fois très abordable en termes de prix (en moyenne 2 fois moins cher qu’un syndic traditionnel à périmètre de responsabilité égal) et facile d’utilisation, le syndic en ligne propose une gestion administrative, comptable et juridique dématérialisée. 

Un des atouts principaux du syndic en ligne, c’est la transparence. Tous les documents qui concernent la copropriété sont disponibles et consultables par tous les copropriétaires à tout moment via une application web ou mobile.

Cependant la limite d’un syndic en ligne peut rapidement être atteinte dans les cas où les copropriétaires souhaitent la présence physique du gestionnaire, comme par exemple pour la tenue de l’assemblée générale, qui peut néanmoins être tenue à distance grâce aux outils digitaux. Le modèle du syndic en ligne n’a pas vocation à fonctionner avec des interventions physiques comme un syndic traditionnel, c’est d’ailleurs un des éléments qui expliquent la différence de prix entre les deux types de solutions.

De nombreux acteurs web sont apparus sur le marché de la gestion de copropriété ces dernières années, avec la ferme intention de moderniser le métier et de casser les prix. Mais chaque proposition de syndic en ligne a ses propres spécificités, en fonction de ses cibles et de ses tarifs : 

Certains syndics proposent une gestion 100% digitalisée, d’autres proposent un contrat avec des services à la carte (notamment des interventions physiques du gestionnaire dans certains cas précis).

Mais dans tous les cas, il faut garder à l’esprit qu’une gestion par un syndic en ligne suppose une coopération plus ou moins étroite avec un copropriétaire référent auquel le syndic va pouvoir déléguer les tâches nécessitant normalement une intervention physique. 

Il existe donc de nombreux profils de syndic différents, tout comme il existe des profils de copropriété variés. Avant de vous orienter vers un choix, prenez le temps de bien identifier les besoins de l’immeuble et les attentes des copropriétaires pour être sûr d’identifier les offres de service les plus pertinentes, qui vous donneront satisfaction !

Et si  jamais vous deviez vous tromper, sachez que l’élection d’un syndic professionnel n’est jamais définitive, votre copropriété pourra le remettre en concurrence tous les 3 ans, voire tous les ans pour les contrats les plus courts.

Cotoit, le syndic professionnel en ligne

Vous cherchez une alternative, à la fois économique et efficace, à mi-chemin entre le syndic professionnel et le syndic en ligne ? Cotoit est la solution qu’il vous faut.

Cotoit est un syndic professionnel en ligne, qui s’occupe de la gestion administrative et comptable de votre copropriété grâce à son service en ligne, ce qui vous assure un gain de temps et vous simplifie la vie en copro !

En choisissant Cotoit, vous aurez accès à une solution clé en main pour gérer votre copropriété en ligne de façon simple et transparente. Profitez également des conseils d’un coach expert, par e-mail, chat ou téléphone et d’options à la carte pour un accompagnement personnalisé (présence physique en AG, assistance téléphonique, gestion de personnel, etc.).

Le tout à partir de 12 € par mois et par lot. N’hésitez pas à demander un devis ou une démonstration en visio-conférence.

Vous avez désormais toutes les clés en main pour choisir le bon syndic pour votre copropriété!