Les charges en copropriété peuvent rapidement devenir onéreuses pour chaque copropriétaire. Énergie, entretien des parties communes, salariés de la copropriété, honoraires de syndic… Quelles sont les astuces pour éviter de casser la tirelire ? On vous répond.

Mieux contrôler la consommation énergétique de votre bâtiment

Poste principal des dépenses dans une copropriété, le système de chauffage représente quasiment 25% des charges d’un immeuble.

Vieilles bâtisses mal isolées, chaudières défectueuses, utilisation excessive… Il est temps de gérer la consommation énergétique et donc financière de votre copropriété. 

Pour maîtriser et encadrer vos factures d’énergie, revoyez votre contrat d’entretien de chauffage : ancienneté, tarifs… Soyez vigilant sur les détails de ce contrat par rapport aux besoins réels de votre copropriété. Il arrive souvent que certains contrats soient surdimensionnés face à la réalité.

Demandez au chauffagiste d’optimiser le fonctionnement de la chaudière : réglages avec une température adaptée, régulation du temps de chauffage… Quelques réglages peuvent faire gagner des euros sur la facture.

Sachez qu’une copropriété est dans l’obligation d’installer un système d’individualisation pour diviser les frais de chauffage au réel de la consommation de chaque foyer. Cette obligation n’est pas exigée lorsque l’installation ne le permet pas techniquement.

La rénovation de votre copropriété est un levier intéressant pour tendre vers une meilleure performance énergétique. Un audit énergétique permet de dresser un état des lieux global de l’immeuble (dépenses énergétiques, architecture, etc.) et proposer différents scénarios de travaux.

Côté eau, pensez également à l’individualisation des compteurs d’eau, qui peut permettre une baisse d’environ 20% sur la consommation ! 

Honoraires de syndic : faire jouer la concurrence

Les honoraires d’un syndic peuvent représenter une charge importante dans les dépenses d’un immeuble. Pensez à mettre en concurrence votre syndic et renégocier les tarifs.

Pour cela, il vous suffit d’envoyer à votre gestionnaire actuel, par lettre recommandée avec accusé de réception, le projet de changement de mandat de syndic (avec devis à l’appui), au minimum deux mois avant la date de votre prochaine AG. Celui-ci inscrira la mise en concurrence à l’ordre du jour. Cette mise en concurrence est rendue obligatoire par la loi ALUR tous les 3 ans.

Vous pouvez aussi adopter un mode de gestion moins coûteux comme un syndic en ligne ou encore un syndic bénévole.

> Découvrez comment changer de syndic de copropriété.

Copropriété : renégocier les contrats avec les prestataires

Services de nettoyage, entretien des espaces verts, ascensoriste, etc : demandez à votre syndic de mettre les prestataires de la copropriété en concurrence.

C’est l’occasion de décrocher de meilleurs tarifs, mais aussi de faire baisser le prix de certains contrats existants. Remplacez certains services d’entretien inutiles au profit de services qui ne nécessitent que des interventions ponctuelles.

Faire baisser les charges de sa copropriété, c’est possible !